Commission musique cinéma du 20 mai 2011

Compte-rendu de la réunion Bib92 « Musique et cinéma » du 20 mai 2011

Réunion particulière en ce 20 mai où nous recevions deux intervenants venus de Bibliomédias pour leur offre numérique.

Nous devions en premier lieu aborder 2 thématiques : le portage à domicile et les suggestions des usagers. Seul le portage a bénéficié d’un temps suffisant pour donner lieu à une ébauche de réflexion, nous pourrons donc faire le point sur ce service.

Le reste de la matinée a été consacré aux 2 intervenants extérieurs et beaucoup de questions ont été posées, ce bilan proposera un condensé de la rencontre.

Nous avons été accueilli par Christelle Picard, responsable des animations et de la valorisation à la bibliothèque de Bourg-la-reine.

Le portage à domicile

 

Expérience de Chatenay

Depuis 3 ans la bibliothèque de Chatenay tente de mettre en place un service de portage à domicile. Mais la mairie n’a toujours pas validé le projet.

Le service s’inscrira peut-être dans un projet beaucoup plus global appelé « papy- sitting », en lien avec les services sociaux de la ville et qui inclurait le portage à domicile.

Il n’y a pas de demande spécifique du public mais le profil des utilisateurs de la bibliothèque est celui d’un public vieillissant.

Expérience de Boulogne

Le service de portage à domicile est offert au public depuis plus d’un an et demi en lien avec les services sociaux de la ville (le CLIC). Les personnes intéressées doivent remplir un contrat d’adhésion, il s’agit essentiellement de personnes âgées et malades.

Les documents demandés sont principalement les romans, les livres lus mais aussi de la vidéo et de la musique (le tout au même tarif).Lors du premier contact les bibliothécaires établissent les préférences des usagers.

Le temps de prêt est de 1 mois (+ long que la durée normale qui est de 3 semaines) mais une grande souplesse est appliquée, c’est souvent plus long.

Gestion des retours, une date est fixée mais grande adaptabilité. Les usagers peuvent aussi appeler.

Aspect technique : il y a 4 bibliothèques à Boulogne, chaque bibliothèque se répartie les usagers, possibilité de bénéficier d’un véhicule ou choix de se déplacer à pied. Le temps imparti à chaque personne est très fluctuant.

Une liseuse est proposée mais beaucoup de personnes âgées sont rebutées par l’aspect technique.

Impact : peu de personnes touchées (une trentaine) mais il faut créer le bouche à oreille, ce service n’est toujours pas bien connu. Les personnes concernées apprécient énormément ce service et aiment à retrouver les mêmes référents pour les conseils et le cheminement des documents. Par contre ce sont des usagers qui empruntent beaucoup de documents.

Communication : au moment des inscriptions quotidiennes ; les services sociaux aussi contribuent à la diffusion d’une meilleure connaissance de ce service

Quel public : le portage est ouvert à tous, en dehors de toute classe d’âge. Il n’y a pas eu de cas de gens « non empêchés » qui veulent y avoir recours.

Expérience de Clamart

Fait du portage à domicile en partenariat avec les repas à domicile.

Expérience de Meudon

A déjà un historique d’une dizaine d’année, une seule personne s’en occupe. L’essentiel de la demande vient des personnes âgées. Le service communication a tenté de toucher un public plus important à travers la création d’un flyer.

D’autres bibliothèques (pas de représentant ce jour là)

La bibliothèque du Plessis-Robinson qui propose le portage le premier jeudi  de chaque mois. C’est ici

La bibliothèque d’Issy les Moulineaux avec une visite mensuelle. C’est ici

La bibliothèque de Fresnes qui propose ce service en partenariat avec l’association « Ohé service ». C’est ici

En conclusion : un certain nombre de bibliothèques propose déjà ce service ce qui nous permet de recouper certaines informations.

 

L’impact en terme de personnes desservies est très faible mais en terme de qualité c’est un service très apprécié (continuité du service public)

Service qui demande une grande adaptabilité et une souplesse dans les pratiques de prêt.

C’est souvent l’occasion de travailler en partenariat avec un ou des services sociaux de la ville.

Un travail reste à faire en matière de communication pour faire connaître ce service, pour toucher plus de personnes mais aussi intégrer dans les mentalités cette offre du service public.


 

Bibliomédias et Music Me

(le représentant de MusicMe n’a pas pu faire le déplacement pour la rencontre)

Il s’agira ici de faire ressortir les principaux points qui se dégagent de la rencontre, sachant que chaque bibliothèque aura la possibilité de contacter la plateforme.

Bibliomédias existe depuis 2008, société fondée par Cyril Darmon, elle repose sur un constat : la baisse de fréquentation dans les bibliothèques des publics concernés par le support audio et vidéo.

C’est une plateforme de prêt numérique qui propose

Du streaming (illimité sur la plateforme)

Du téléchargement (chrono dégradable, uniquement pour appareil mobile type I Pad, Iphone…)

Leur service propose : de la musique, livre audio, E-book, partitions, vidéos, questions de droit, BD numérique.

La bibliothèque s’abonne à ce service, le lecteur via Internet utilise les produits culturels numériques en toute légalité.

Il travaille avec environ 80 bibliothèques. Leur offre s’étend à 6,5 millions de titres (à peu près équivalent à Deezer). Ils ont négocié les droits ce qui permet aux bibliothécaires d’acheter un album majoré d’un droit de prêt payé pour 2 ans, passé ce délai les droits sont gratuits.

Prétende à une grande souplesse pour aller chercher les médias, à la sécurité au regard des droits et à la mise à disposition d’un contenant que les bibliothécaires peuvent alimenter à leur gré.

Web radio : bouquets adaptés à ce que la bibliothèque veut proposer à ces usagers.

Lecteurs comme professionnels peuvent faire des playlists

Pas de publicité

Création d’un sous- domaine sur le portail de la bibliothèque personnalisé

Possibilité avec certains logiciels (Archimède, Décalogue, Afi…) de fusionner la recherche entre Bibliomédias/Music Me et le portail de la bibliothèque. Ex : on cherche un album sur le site de la bibliothèque, on le trouve aussi bien sur notre portail que sur l’offre Bibliomédias/Music Me.

En septembre mise en place de médias communautaires,

Le professionnel peut constituer un fond d’album, il devient un « curator » (celui qui filtre, organise, partage le meilleur du contenu web, centralise l’information).

Points techniques :

Les deux intervenants ont insisté sur la nécessité d’une communication de qualité pour faire vivre ce service, aussi bien pour informer que faire vivre cet outil.

La licence annuelle dépend de la taille de la ville, du nombre d’abonnés, du choix des bouquets et de la volonté ou non de former les bibliothécaires à l’emploi de cet outil.

La maintenance est comprise dans le coût.

Plateforme : http//www.bibliomedias.net

www.bibliomedias.net/preprod/contact.php

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour tester Music Me :

http://demo.mt.musicme.com/

(cliquez sur codes d’accès pour tester pleinement la plate forme)

Points négatifs : les titres épuisés ne sont pas toujours disponibles (quelques exceptions pour le label Naïve). Comment traiter une masse d’informations aussi importante. Aspect volatile des droits, les labels changent, les maisons de disques fusionnent où sombrent, il y’a un vaste mouvement perpétuel de catalogue qui change de main. Le téléchargement possible uniquement à partir d’outils mobiles restreint l’offre (on crée un « public empêché »). Sur mac cela ne fonctionne pas. De grossières erreurs dans les références du catalogue et au niveau du module de recherche.

Quand l’écoute illimitée sans être inscrit s’arrêtera t’elle ? Réponse de l’intervenant (dans quelques mois) peu convaincante. Si cette écoute gratuite illimitée s’arrête vraiment, là il y a un potentiel (sachant que Deezer est de moins en moins libre et envahie de publicités).