Compte-rendu de la commission musique et cinéma du 19 février 2019 à la Médiathèque de Montrouge

Etaient présents : Renaud Portet (Courbevoie), Laure Schmitt (Malakoff), Tristan Vinatier (Antony), Lise Bourdon (Meudon), Nicolas Courval (Villeneuve la Garenne), Didier Norgeot (Chatenay Malabry), Véronique Mongeot (Chatenay Malabry), Clément Chauvel (Ville d’Avray), Pascale Cheno (Gennevilliers), Céline Sallez (Antony), Christophe Massay (Montrouge), Eric Mallet (Puteaux).

 

L’objectif principal de cette réunion était de reprendre contact entre nous après une période de latence suite au départ de Jean Michel Audrain, responsable de la commission jusqu’en 2017.

J’ai profité de l’occasion pour rappeler que j’avais proposé à Pascal Visset (président de Bib 92 à l’époque) de reprendre la commission cinéma et musique à l’unique condition de travailler en collaboration avec un autre membre plus spécialisé en musique.

 

Déroulement de la réunion :

Plusieurs points ont été abordé ; chacun a pu témoigner de son expérience et amener des pistes de réflexion liées à notre profession :

- Baisse des prêts de DVD dans certaines collectivités pendant que d’autres arrivent à les maintenir.


- Avenir incertain concernant l’édition des supports DVD (certains titres français ne sont plus aujourd’hui édités en Blu Ray)


- Incapacité dans certains cas de répondre à la demande du public, notamment en matière de séries - le cas de la plateforme SVOD Netflix a été longuement évoqué puisque celle-ci n’édite pas ses programmes sur supports sauf cas exceptionnel.


- Création d’un fonds DVD aujourd’hui dans une nouvelle structure : nécessité de panacher la politique d’acquisition entre films grand public et films plus pointus.


- Volonté de certains élus et responsables de structures de s’orienter dès maintenant vers une dématérialisation totale.


- Réflexion sur les plateformes VOD destinées aux bibliothèques : Médiathèque Numérique / ADAV digital / CVS VOD avec la conclusion qu’aucune ne présente réellement un dispositif satisfaisant pour les établissements de lecture publique.


- Difficulté de communiquer sur les animations et d’attirer un public adolescent.


- Besoin de créer du lien social.

 

En conclusion, grande interrogation sur l’avenir avec des pratiques qui vont obligatoirement évoluer face à la multiplication des plateformes de streaming illimité. Celles-ci ne manqueront pas de proposer une offre abondante au détriment des collections des médiathèques.