Imprimer

La transition bibliographique et ses enjeux en bibliothèque municipale
Présentation par Frédérique JOANNIC-SETA, directrice du département des métadonnées de la Bnf

« Nous ne sommes qu’au début de la mutation des pratiques et des profils de bibliothèques induites par la révolution des données ».

Powerpoint de la matinée accessible en cliquant ici

Contextes et enjeux de la transition bibliographique :

Standards fondés sur les principes des années 1960 et des normes internationales :
-les principes de Paris (Unesco-IFLA)
-le format MARC
-la norme ISBD

Enjeux sur l’interopérabilité des catalogues et la mutualisation des processus de catalogage.

Contexte général :
-irruption du web et transition d’une partie de la documentation du support physique vers le numérique (avec ses propres métadonnées) => amènent une première mutation des catalogues en tant qu’outils.
-répondre à une demande précise d’un usager : adapter les catalogues aux usagers et aux nouveaux usages induits par le web (tâches utilisateurs : trouver, identifier, sélectionner, obtenir, explorer).
-gagner en visibilité sur le web (web très profond pour la visibilité des bibliothèques car leurs catalogues/ leurs notices bibliographiques ne sont pas indexés). Nos outils en bibliothèque ne parlent pas le langage du web.
-construire et affiner des nouveaux services (open data, données de la recherche/données pour la recherche, logique d’interopérabilité interprofessionnelle).

Le modèle entités/relations : RDF
La déclaration est composée de 3 éléments : le triplet
Sujet = ressource
Prédicat = nom d’une propriété de la ressource
Objet = valeur = ressource liée ou caractéristique exprimée par une chaine de caractères (littéral)

Adopter les standards du web de données pour :
-récupérer les données produites par d’autres communautés professionnelles.
-mettre à disposition des données liées ouvertes et en favoriser la réutilisation par les usagers.
-assurer la visibilité des données des bibliothèques sur le web.

Du modèle de données au format de catalogage :

-trouver des informations (sur une œuvre, une personne/collectivité, un lieu, une période historique/un événement particulier, un concept).
-pouvoir s’assurer que les réponses obtenues correspondent bien à sa recherche.
-pouvoir choisir parmi les réponses.
-pouvoir accéder à l’information.

Modèle FRBR :
FRBR : notices bibliographiques
FRAD : données d’autorités
FRSAD : relation de sujet
Modèle intégré : IFLA-LRM qui a donc fusionné ces 3 modèles précédents. Propose 11 entités :
RES (concept, objet, événement), le RES est relié à :
-l’œuvre
-l’expression
-la manifestation
-l’item
-l’agent qui peut être une personne ou un agent collectif (collectivité ou famille)
-le nomen (qui signifie que chaque chose à un nom, mais les bibliothèques municipales ne vont jamais créer de nomen)
-le lieu
-le laps de temps

Les attributs :
-catégorie (attribut de RES)
-attribut d’expression représentative (attribut de l’œuvre)
-mention de manifestation (attribut de la manifestation)

Du modèle aux règles de catalogage :

Révision en profondeur des règles de catalogage pour adapter la structure des catalogues à celle du web en s’appuyant sur les modèles de l’information bibliographique.

RDA (Ressources : description et accès)
-issu des AACR2
-première version du code fondée sur les modèles FRBR/FRAD en 2010
-nouvelle version du code implémentant le modèle IFLA-LRM en 2019

Code RDA-FR : transposition française de RDA
-RDA doit évoluer.
-l’adoption du RDA en l’état serait couteuse, contre-productive voire régressive.
Le choix fut de s’appuyer sur RDA mais de l’adapter à l’analyse catalographique française et de participer à l’évolution du code au niveau européen à travers EURIG.
A la recherche de nouveaux formats : car évolution en cours des formats existants (Marc21, Unimarc)
-BibFrame est destiné à remplacer Marc21
-LDP4
-Intermarc-NG (nouvelle génération)
Le format Unimarc est en train d’évoluer afin d’avoir une nouvelle structuration des données.

La transition bibliographique :

-assurer la visibilité des bibliothèques dans le web via leurs données bibliographiques et d’autorités.
-proposer un meilleur service à l’utilisateur.
-porter la voix de la France au sein d’une communauté internationale pour l’interopérabilité.

Dorénavant, il faut penser les données comme un service

Présentation du comité stratégique bibliographique et de ses actions : 70 à 80 personnes y travaillent dans le cadre du programme national de la transition bibliographique. Trois étapes :
-normalisation pour le catalogage courant
-implémentation (LRMiser les catalogues des agences bibliographiques et assurer le rétrospectif)
-implémentation progressive dans les systèmes locaux (SIGB des bibliothèques municipales)
Travail effectué petit à petit, bloc par bloc et les enjeux de formation pour les bibliothèques municipales seront très importants.
Le travail autour des œuvres, des expressions, des agents et des relations est presque finalisé mais il reste encore de gros morceaux sur lesquels travailler, surtout sur les œuvres audiovisuelles mais le comité stratégique bibliographique prend déjà de l’avance par rapport au code RDA.

LRMisation des catalogues : traiter le rétrospectif
-pas de solution facile pour implémenter rétrospectivement LRM dans une structure MARC existante.
-solution des deux agences (BnF et Abes) pour LRMiser leurs catalogues : soit recataloguer manuellement ; soit extraire des concepts dans les notices déjà existantes (présentation des algorithmes et de leurs missions mais ces derniers ont certaines limites).

Produire des métadonnées en IFLA-LRM natif : en 2023, la BnF mettra en production NOEMI.

Environ 20 éditeurs de SIGB font parties des groupes de normalisation avec la BnF dans le groupe « système et données ».

L’implémentation dans les systèmes locaux :

Concernant le catalogage courant : récupération des données (au fur et à mesure, les données sont progressivement transformées). Les éditeurs de SIGB doivent tenir compte des évolutions normatives en conformité avec l’Unimarc (il faut veiller à ce que le cahier des charges, lors d’une ré-informatisation, contienne une clause de maintenance évolutive et la conformité des index est à surveiller lors d’évolutions du format).

Concernant le catalogage natif : il faut appliquer le code RDA-FR si le format Unimarc a évolué en adéquation avec ce dernier.

En 2021, constitution par les agences des premiers jeux de données, qui seront transmis aux éditeurs de SIGB.

Quelle solution pour le rétrospectif des catalogues des bibliothèques municipales ? Une logique d’alignement, ré-arrimer les catalogues des bibliothèques municipales à la Bnf et au Sudoc.
Bibliostratus : outil pour réinjecter dans les catalogues de bibliothèques municipales les identifiants Bnf (lien ARK) et du Sudoc (lien PPM). Pour utiliser Bibliostratus, nécessité de faire une extraction du catalogue sous fichier CVS puis grâce à ce fichier, on va interroger la Bnf et le Sudoc qui vont ensuite afficher les ARK/PPM trouvés sur les notices correspondantes. Si la notice bibliographique ne contient pas d’ISBN, cet outil propose plusieurs solutions afin de trouver le bon lien ARK/PPM. Bibliostratus implémente uniquement le lien ARK ou PPM (il n’écrase pas les autres données) puis ensuite, il faut réinjecter ce fichier dans le SIGB.

Se former, s’informer :

Responsable du groupe formation à la transition bibliographique à la Bnf : Claire Toussaint.

Lancement des chantiers de refonte sur les outils de production : NOEMI, FNE, Sudoc21, convergence des acteurs (agences bibliographiques, réseaux de bibliothèques, éditeurs de SIGB), appropriation du sujet par la communauté professionnelle.

Pour l’instant, aucune date précise pour la mise en œuvre du modèle IFLA-LRM (objectif en 2025). Il faut encore achever le code RDA-FR (encore 2 ans environ), l’Unimarc-NG verra le jour dans quelques années, il faut également poursuivre le déploiement de Bibliostratus.

Ce que l’on peut faire au niveau des bibliothèques municipales :

-arrimer nos catalogues aux agences bibliographiques et les faire évoluer selon la transition bibliographique.
-s’assurer que les éditeurs de SIGB suivent les avancées de la transition bibliographique (et s’appuyer pour cela sur les clubs utilisateurs).
-ne pas sous-estimer l’impact de l’évolution des catalogues sur les équipes.
-définir et mettre en œuvre la stratégie de formation au sein des équipes.
-savoir replacer la problématique des données bibliographiques au sein de la problématique plus large des données (open data, Text and Data Mining, données de la recherche).
-définir et mettre en œuvre une stratégie des données et surtout s’interroger sur ce que l’on fait des données bibliographiques et leur valorisation dans nos collectivités.

Ressources :
Exemples de catalogues qui ont déjà travaillés sur la notion d’œuvre et la mise en valeur des données : la Philharmonie de Paris (https://catalogue.philharmoniedeparis.fr/) et le réseau des médiathèques de Vaulx-en-Velin (https://bm.mairie-vaulxenvelin.fr/).

https://data.bnf.fr/ : fête ses 10 ans en 2021, création du niveau d’œuvre pour retourner à la logique du web.

www.transition-bibliographique.fr

Cataloguer aujourd’hui : identifier les œuvres, les expressions, les personnes selon RDA-FR / sous la direction de Claire Toussaint

NOEMI :https://www.bnf.fr/fr/noemi-vers-un-nouvel-outil-de-production-des-metadonnees-de-la-bnf

Les personnes contacts pour rejoindre l'aventure de la transition bibliographique sont :
- pour la formation : Claire Toussaint (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

- pour le groupe Systèmes et données : Christelle GIANOLIO (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et François PICHENOT (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)